Archive for mars 2010

Le soldat Zemmour

mars 24, 2010

Printemps 2010, la bataille médiatique zemmourienne se durcit. Il s’agit de laisser à l’adversaire le moins de terrain possible. Du terrain, Zemmour en a beaucoup gagné ces dernières années: d’abord dans la presse écrite, puis à la télévision, sur les sites de vidéos en ligne, et enfin à la radio à heure de grande écoute. Il se pourrait bien qu’il doive maintenant en céder. Les institutions ont décidé d’agir après s’être aperçues que le petit Éric était capable de déplacer un électorat.

Alors que la plupart des intellectuels dénoncent ou rétorquent « à distance » dans des articles de journaux souvent ignorés du grand public, Zemmour a décidé d’aller au front, sur les plateaux de télé, pour y déloger l’adversaire confortablement installé. Lors des débats télévisés, une solide culture et une bonne élocution ne suffisent pas: il faut la réactivité, la vivacité et l’endurance. Dans une arène médiatique, aller au bout d’un raisonnement ou mettre des intellectuels face à leurs contradictions reste un exercice périlleux. Pour Zemmour, il s’agit aussi de ne rien laisser passer: décrypter la sémantique de l’idéologie ambiante et montrer qu’une autre pensée est possible.

Quand il attaque certaines personnes ou en défend d’autres, c’est avec intelligence, efficacité, courage et… patience. Combien de fois Zemmour a-t-il du expliquer et réexpliquer? C’est une leçon de pédagogie à la France entière. D’ailleurs s’occuper de la France, c’est précisément ce qu’on lui reproche. Zemmour aime la France, sa culture, sa langue, son poids historique, et c’est mal. Dans l’ambiance étouffante du politiquement correct, Zemmour a fini par devenir « celui qui  dit ce que les gens pensent, voire plus ». Ses attaques contre la bien-pensance et le mondialisme dérangent. La subversion consiste désormais à défendre l’égalité réelle des droits ou à regretter une laïcité impérieuse.

Et si Zemmour commençait à fatiguer, à perdre son souffle, comme un soldat seul au front qui attendrait des renforts? On devine que Zemmour rêve d’un soutien populaire massif. Les Français sauront-ils seulement reconnaitre sa valeur? Voudront-ils seulement défendre encore ce qu’ils sont, ce qu’ils représentent?